Bob Bertemes : «Je savais qu’il fallait faire un bon dernier kilomètre»

Le fondeur luxembourgeois a réalisé une grosse performance le 9 janvier à Valence, en battant le record national du 10km grâce à un chrono de 29 minutes et 57 secondes. Il revient sur cet exploit et sur cette saison particulière.

Vous vous attendiez à une telle performance en attaquant ce 10 km à Valence ?

Je l’espérais en tout cas ! Javais fait les championnats nationaux du 10km fin novembre et je n’étais pas très bien, je me remettais à peine d’une blessure au dos, je savais que je valais mieux que ça. Je voulais faire les 8km de Trêves mais ils ont été annulés à cause du Covid. Je cherchais une course… J’ai trouvé ce dossard à Valence et j’ai tout organisé à la dernière minute.

Comment s’est passée cette course ? Racontez-nous.

Je ne comprends pas l’Espagnol, l’organisation a été très stressante. J’ai su que je faisais cette course cinq jours seulement avant le départ ! Concernant l’épreuve en elle-même, cette course est d’une densité folle. C’est le meilleur 10km d’Europe, voire du monde. Il y a un niveau extraordinaire. Au début, c’est un peu le chaos, tout le monde cherche à se placer en tête, sur les 300 premiers mètres il faut surtout se concentrer pour éviter la chute ! Ensuite j’ai eu de bonnes sensations. Je savais qu’il fallait que je fasse un bon dernier kilomètre pour passer sous la barre du record, notamment pour rattraper le retard pris à cause d’un fort vent de face. J’ai réussi et je suis vraiment très content.

Avec le retour du Covid, les prochains gros événements ont de nouveau été annulés au Luxembourg. Comment vivez-vous cette situation ?

Pour être honnête, c’est chiant, ce n’est pas facile. Le plus dur, c’est l’incertitude. On ne peut rien préparer sereinement. La situation au Luxembourg me pousse à chercher des courses à l’étranger et à voyager… ce qui peut paraître paradoxal sur le plan sanitaire ! Là j’ai couru à Valence sans problème avec 12 000 personnes quand ici tout est annulé. C’est un peu bizarre. On essaye de s’adapter au mieux. 

Comment gardez-vous votre motivation ?

C’est facile pour moi parce que j’aime ce que je fais. J’aime m’entraîner, faire mes blocs d’endurance. La compétition, c’est du bonus.

Quels sont vos prochains gros objectifs dans ce contexte ?

Cela va dépendre des annulations ou non. Si je peux j’aimerais faire des 3000m en salle. Pour l’instant, je suis confirmé à Metz début février. Je continue à chercher d’autres courses à l’étranger mais c’est compliqué avec le boulot. Je ferai peut-être un nouveau 10km au printemps, et j’aimerais bien faire un 5000m pour faire un bon chrono.

Latest news
Related news