Boris Johnson s’excuse dans l’affaire du “Party gate”

Le scandale des fêtes à la résidence du Premier ministre britannique durant le confinement ont fait réagir outre-manche.

Boris Johnson, le premier ministre britannique, a présenté ses excuses au Parlement mardi après avoir été condamné à une amende par la police pour avoir enfreint les règles de confinement, affirmant qu’il ne savait pas qu’une réunion d’anniversaire au plus fort de la pandémie enfreignait les règles qu’il avait fixées.

Les législateurs de l’opposition soutiennent que le Premier ministre doit partir, affirmant qu’il a établi des règles strictes pendant le COVID-19, qu’il a enfreint ces règles à Downing Street et qu’il a ensuite menti à plusieurs reprises au Parlement en affirmant que toutes les directives avaient été respectées.

M. Johnson a déclaré à la Chambre des communes qu’il n’avait pas délibérément induit le Parlement en erreur et qu’il ne lui était jamais venu à l’esprit qu’il avait enfreint les règles. Il a reconnu que le public était en droit d’attendre mieux.

Ses excuses ont été présentées alors que le président de la Chambre des communes a déclaré qu’un vote pourrait avoir lieu jeudi sur l’opportunité d’enquêter sur les allégations selon lesquelles M. Johnson a induit le Parlement en erreur.

Selon le code ministériel, induire sciemment en erreur le Parlement est une infraction qui doit entraîner la démission.

Dès que j’ai reçu l’avis (de la police), j’ai reconnu la douleur et la colère, et j’ai dit que les gens étaient en droit d’attendre mieux de leur premier ministre“, a déclaré M. Johnson au Parlement.

Le leader du parti travailliste Keir Starmer a accusé Johnson de ne pas respecter les sacrifices consentis par la population britannique pendant les lockdowns, et de rabaisser sa fonction.

L’exhortant à démissionner, il a déclaré que le premier ministre avait la possibilité de : “ramener la décence, l’honnêteté et l’intégrité dans notre politique et mettre fin au dénigrement de tout ce que ce pays représente”.

En décembre, Boris Johnson avait déclaré au Parlement que “toutes les directives ont été suivies à la lettre” en ce qui concerne les restrictions de fermeture.

La police lui a infligé une amende la semaine dernière après qu’une enquête interne a révélé que Downing Street organisait des fêtes alcoolisées à une période où les gens n’étaient pas autorisés à assister à des funérailles ou à rendre visite à des malades.

Les premiers rapports sur ces fêtes ont provoqué un tollé en Grande-Bretagne, mais la pression exercée par les propres législateurs de Johnson s’est atténuée depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, dans laquelle il a cherché à jouer un rôle de premier plan dans la réponse de l’Occident.

Alors qu’une poignée d’entre eux ont réitéré leurs appels à un départ, la plupart estiment que ce n’est pas le moment.

Toutefois, Mark Harper, du Parti conservateur qui a contribué à maintenir la discipline du parti, a profité de l’occasion pour dire à M. Johnson dans la salle qu’il devait démissionner, affirmant qu’il ne pensait pas “qu’il était digne de la grande fonction qu’il occupe”.

Boris Johson conserve une côte élevée

Les législateurs vont maintenant voter jeudi sur la question de savoir si Johnson doit être renvoyé devant la commission des privilèges du Parlement pour une enquête.

Toutefois, il est peu probable que la motion soit adoptée, car Bohris Johnson conserve le soutien de la plupart des législateurs de son parti conservateur et peut encore obtenir la majorité au Parlement.

Dans sa première déclaration au Parlement depuis qu’il s’est vu infliger l’amende, le premier ministre a tenté de détourner une partie des critiques en évoquant d’autres questions qu’il traite, notamment la guerre en Ukraine, la crise énergétique et l’immigration.

Mais la police a enquêté sur 12 rassemblements à Downing Street et le Premier ministre pourrait encore recevoir une nouvelle amende.

La pression va également s’accroître, les autres législateurs conservateurs devant tenir compte des résultats du parti aux élections locales du 5 mai, ainsi que de la perception du Premier ministre par les électeurs.

Un sondage réalisé par J L Partners pour le journal The Times, qui demandait à près de 2 000 personnes de donner leur avis sur le Premier ministre en quelques mots, a révélé que les commentaires de 72 % des personnes interrogées étaient négatifs, contre 16 % positifs. Le mot le plus couramment utilisé est “menteur”, rapporte le journal. Le mot “bouffon” figurait en bonne place.

John Whittingdale, un ancien ministre conservateur, a déclaré que si beaucoup de ses électeurs étaient en colère, ce n’était pas le moment de remplacer le Premier ministre en raison de la guerre en Ukraine.

“Nous sommes actuellement confrontés à la crise la plus grave pour notre sécurité mondiale depuis longtemps et il est essentiel que nous restions concentrés sur la lutte contre Poutine et l’arrêt de l’agression contre l’Ukraine”, a-t-il déclaré.

Latest news
Related news