560 catastrophes naturelles dans le monde chaque année d’ici 2030, selon un rapport de l’ONU

Les catastrophes naturelles ont un impact disproportionné sur les pays en développement, qui leur font perdre en moyenne 1 % du PIB par an, contre 0,1 à 0,3 % dans les pays développés.

L’activité humaine contribue à un nombre croissant de catastrophes, avec 350 et 500 catastrophes de taille moyenne ou grande par an dans le monde au cours des deux dernières décennies et des événements de plus en plus attendus, selon un rapport de l’ONU. Le nombre de catastrophes – dont beaucoup sont liées aux conditions météorologiques telles que les incendies et les inondations, mais aussi à d’autres risques tels que les pandémies ou les accidents chimiques – pourrait atteindre 560 par an, soit 1,5 par jour, d’ici 2030, mettant des millions de vies en danger, la a déclaré le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR) dans son rapport d’évaluation mondial.

Le changement climatique provoque des événements météorologiques plus extrêmes, a-t-il déclaré, ajoutant que les humains ont pris des décisions trop étroites et ont été trop optimistes quant au risque de catastrophes potentielles, les laissant non préparés. L’impact des catastrophes a également été accentué par la croissance démographique dans les zones les plus risque, selon le rapport. “Le monde doit faire plus pour intégrer les risques de catastrophe dans notre façon de vivre, de construire et d’investir, ce qui entraîne l’humanité dans une spirale d’autodestruction”, a déclaré Amina J Mohammed, vice-secrétaire générale de l’ONU, qui a présenté le rapport à l’ONU. siège à New York. “Nous devons transformer notre complaisance collective en action.”

Les catastrophes ont un impact disproportionné sur les pays en développement, qui leur font perdre en moyenne 1 % du PIB par an, contre 0,1 à 0,3 % dans les pays développés, selon le rapport. La région Asie-Pacifique subit les dommages les plus importants, perdant en moyenne 1,6 % du PIB à cause des catastrophes chaque année. Les pays en développement ont également tendance à être sous-assurés.

Seulement 40 % des sinistres liés aux catastrophes depuis 1980 étaient assurés. Les taux de couverture d’assurance dans les pays en développement étaient parfois proches de zéro, selon le rapport. “Le système financier doit vraiment prendre de l’avance sur cette courbe, car sinon il y a beaucoup de risques accumulés qui ne sont pas pris en compte dans la façon dont nous prenons des décisions”, déclare Jenty Kirsch-Wood, une des auteurs du rapport.

Latest news
Related news