Emmanuel Macron s’engage à passer la retraite à 65 ans

Le président français Emmanuel Macron s’est engagé mercredi à mettre en œuvre une réforme des retraites qui finirait par repousser l’âge de la retraite de trois ans à 65 ans, faisant travailler les jeunes générations plus longtemps.

Dans une interview à France 2, Emmanuel Macron a déclaré que les changements commenceraient à être appliqués l’année prochaine. « Il n’y a qu’une seule façon de le faire si nous sommes lucides. Comme on vit plus longtemps, c’est pour travailler plus longtemps », a-t-il déclaré. L’âge minimum de la retraite pour obtenir une pension à taux plein serait progressivement relevé de 62 ans aujourd’hui à 65 ans d’ici 2031, a-t-il affirmé.

Pourtant, Macron s’est dit « ouvert » pour discuter de l’âge de la retraite avec les syndicats et apporter d’éventuels amendements. De telles mesures s’appliqueraient aux personnes qui ont suffisamment travaillé pour être admissibles. Celles qui ne remplissent pas les conditions, comme beaucoup de femmes qui interrompent leur carrière pour élever leurs enfants, doivent actuellement travailler jusqu’à 67 ans.

Tous les travailleurs français perçoivent une pension de l’État. Ne pas mettre en œuvre ces changements signifierait que le gouvernement devrait réduire le montant des pensions, a déclaré Emmanuel Macron.

Les commentaires du président interviennent après que son alliance centriste a perdu sa majorité parlementaire en juin, ce qui rend beaucoup plus difficile pour son gouvernement de faire adopter des lois à la chambre basse du parlement. La plupart des partis d’opposition, ainsi que les syndicats de travailleurs, s’opposent aux modifications des retraites.

Macron a proposé mercredi de s’allier avec les législateurs du parti conservateur Les Républicains pour faire passer des réformes intérieures au parlement, y compris les modifications des retraites.

Plus tôt cette semaine, son gouvernement a survécu à trois votes de censure provoqués par certains députés de l’opposition de gauche et d’extrême droite pour protester contre l’utilisation d’un pouvoir constitutionnel spécial pour forcer l’adoption de projets de loi budgétaires par l’Assemblée nationale.

Un projet de refonte des retraites avait déclenché des grèves et des manifestations à l’échelle nationale à la fin de l’année 2019 pendant le premier mandat de Macron. Le gouvernement avait alors décidé de suspendre le débat au milieu de la pandémie de COVID-19. Macron a été réélu pour un second mandat en avril.

Dernières nouvelles