Julian Assange : Un tribunal approuve son extradition vers les États-Unis

Le ministre de l'Intérieur doit décider si le fondateur de WikiLeaks sera extradé vers les États-Unis pour espionnage.

Un tribunal a officiellement approuvé l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis pour espionnage, dans le cadre d’une décision qui reviendra en fin de compte à la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel.

Le cofondateur de Wikileaks, qui a le droit de faire appel, a comparu par vidéoconférence lors de l’audience du tribunal correctionnel de Westminster, qu’un de ses avocats a décrite comme un “moment bref mais significatif de l’affaire”.

Mark Summers QC, pour Julian Assange, a confié au magistrat principal qu’il n’avait pas d’autre choix que de transmettre l’affaire au ministre de l’Intérieur.

L’équipe d’Assange n’avait pas la possibilité, à ce stade, de présenter de nouvelles preuves, mais il y a eu de “nouveaux développements”, a-t-il ajouté.

M. Summers a déclaré que des “observations sérieuses” seraient présentées au ministre de l’Intérieur concernant la peine et les conditions imposées par les États-Unis.

La brève audience a eu lieu après que la Cour suprême a rejeté le mois dernier l’appel d’Assange contre son extradition. Il avait cherché à contester un jugement rendu par la Haute Cour en décembre, selon lequel il pouvait être extradé après avoir reçu des assurances des autorités américaines concernant ses conditions de détention dans ce pays.

Un ordre d’extradition a été émis par le premier magistrat, Paul Goldspring, au cours de l’audience de sept minutes.

Goldspring a dit à Assange : “En termes simples, je suis tenu d’envoyer votre dossier au secrétaire d’État pour qu’il prenne une décision.”

Outre la possibilité de présenter des observations à M. Patel, les avocats d’Assange peuvent également recourir à d’autres voies pour lutter contre son extradition. Ils pourraient notamment contester d’autres questions de droit soulevées en première instance, sur lesquelles il a perdu et qui n’ont pas encore fait l’objet d’un appel.

Assange, vêtu d’une veste et d’une cravate, a comparu par vidéo depuis la prison de Belmarsh, où il s’est marié le mois dernier avec sa compagne, Stella Moris, et n’a pris la parole que pour confirmer son nom et sa date de naissance.

Moris se trouvait dans la tribune du public du tribunal correctionnel de Westminster, où une grande foule de partisans s’était rassemblée à l’extérieur, dont l’ancien chef du parti travailliste, Jeremy Corbyn.

M. Corbyn a déclaré qu’il espérait que la ministre de l’Intérieur reconnaîtrait son “énorme responsabilité” dans la défense de la liberté d’expression, du journalisme et de la démocratie, et qu’elle libérerait Assange.

“Il n’a fait que parler au monde de la planification militaire, des politiques militaires et des horreurs des guerres en Afghanistan et en Irak et je pense qu’il mérite d’être remercié”, a-t-il déclaré aux journalistes.

Latest news
Related news