Marjorie Taylor Greene définitivement suspendue sur Twitter

Twitter suspend le compte de l’élue républicaine Marjorie Taylor Greene, accusée de désinformation.

Cette fois, c’est carton rouge. Après avoir déjà écopé d’une suspension d’une semaine en août 2021, mais aussi de nombreux avertissements par la suite, Twitter a décidé de sévir vis-à-vis de l’élue républicaine Marjorie Taylor Grenne.

Adepte des déclarations chocs et polémiques

Le réseau social a annoncé, dimanche 2 janvier, avoir suspendu de manière permanente l’un des comptes de l’élue républicaine de Géorgie, @mtgreenee, accusée d’enfreindre les règles du réseau social en matière d’information sur la pandémie. Le réseau social n’a pas précisé quels messages avaient posé un problème, mais a fait référence dans un communiqué transmis à l’Agence France-Presse à son « système de pénalités » graduelles, qui impose plusieurs violations avant de suspendre un compte.

La républicaine, fervente partisane de Donald Trump et vite devenue une célébrité aux Etats-Unis pour ces prises de positions outrancières et est une adepte de la désinformation. Reprenant à plusieurs reprises des fake news parlant du vaccin contre le Covid-19, jusqu’à maintenir encore une fois samedi dernier « un nombre extrêmement élevé de décès dus au vaccin contre le Covid », Marjorie Taylor Greene conserve néanmoins son compte octroyé en tant qu’élue de la Chambre des Représentants.

Une sanction que la républicaine a vivement critiqué sur l’application Telegram, allant jusqu’à comparer Twitter à un « ennemi de l’Amérique » incapable de « faire face à la vérité » avant d’ajouter qu’elle ne s’arrêterait pas là : « Ce n’est pas grave, je vais montrer à l’Amérique qu’on n’a pas besoin d’eux. »

L’élue n’en est pas là à son premier fait, puisque depuis plus d’un an, celle-ci truste l’attention médiatique aux Etats-Unis. La politicienne a déjà remis en question les attentats terroristes du 11 septembre 2001, déclaré que des fusillades présumées dans des écoles ont été organisées et a affirmé qu’un laser spatial était à l’origine d’un incendie en Californie.

Le réseau social a également banni Donald Trump après l’assaut sur le Capitole, le 6 janvier 2021, par ses partisans qu’il avait chauffés à blanc en évoquant une « élection volée ».

Latest news
Related news