Orange e-league : « On est plus que le train, on est la locomotive »

Après une première édition réussie, l’Orange e-league est revenue encore plus fort cette année et s’impose comme l’une des compétitions du e-sport les plus importantes du pays. L’objectif de ses organisateurs : viser toujours plus la qualité et participer activement à la reconnaissance et à la professionnalisation des joueurs.

Pour une première édition, l’Orange e-league avait rencontré un vrai succès l’année dernière. Pour passer la seconde, les organisateurs ont opté pour quelques changements cette saison : « On a ouvert les qualifications à 103 clubs, à la PH notamment et à d’autres, et plus qu’à la BGL Ligue », explique Gilles Faber, en charge de ce dossier à la Fédération luxembourgeoise de football. Afin de mieux resserrer ensuite et d’arriver à une ligue de 16 équipes de deux joueurs (contre 32 l’année dernière), qui représentent leurs clubs.

Depuis le 23 mars, ces dernières s’affrontent sous forme d’un vrai championnat de 15 journées, étalées sur 8 streams. « On a voulu changer de format, se rapprocher le plus possible du foot physique dans l’esprit », explique Barbara Fangille, Head of Communication d’Orange Luxembourg. Pour la team edition, on connaît déjà le vainqueur de cette deuxième édition, qui a déjà trop d’avance au classement pour être rejoint : l’UN Käerjéng 97 !

Pour la individual edition, les 16 premiers joueurs affronteront les 16 suivants en matchs éliminatoires, jusqu’aux 4 survivants qui disputeront la finale fin mai.

« On est présent depuis le début »

Au-delà du nouveau format, Orange a accéléré en matière de soutien et d’investissement : « On a accompagné les clubs et on leur a offert plus de visibilité, notamment sur les réseaux sociaux, avec des petites vidéos de présentation pour chacun d’entre eux. On a aussi fait des vidéos des coulisses, de tout ce qu’il pouvait se passer autour de la compétition. C’est vers ça qu’on veut tendre, la professionnalisation du e-sport », précise Barbara Fangille.

Quand on évoque avec elle le sujet du dossier de ce numéro de Noob, à savoir le développement du e-sport et l’encadrement de la jeunesse dans ce domaine, et qu’on lui demande s’il ne faut pas faire attention à ne pas rater le train par rapport à la vitesse à laquelle d’autres pays évoluent sur cette question, elle répond du tac au tac : « En tout cas au Luxembourg, chez Orange, on est plus que le train, on est la locomotive. On est présent depuis le début. Ce qui est important à mes yeux maintenant, c’est qu’une vraie reconnaissance du e-sport advienne, à la fois du côté des institutions, du gouvernement, et chez monsieur tout le monde. Et afin de poursuivre cette démocratisation en cours, il faut également que le e-sport soit reconnu comme un sport à part entière. »

Gilles Faber pense que les choses sont sur la bonne voie : « Tous les acteurs, les marques, les deux fédérations et les institutions travaillent ensemble pour l’intérêt du e-sport. »

« On fait tout pour faire grandir cette compétition »

Sur l’accompagnement des joueurs, notamment de ceux qui ont un niveau professionnel comme Ivanilson Lopes, il existe un manque pour l’instant au Luxembourg : « On y travaille », affirme Barbara Fangille.

Et pour l’évolution des mentalités, les choses passent par ce qui pourrait sembler être des détails, mais qui n’en sont pas : « Par exemple cette année, RTL place les résultats de l’Orange e-league dans la rubrique sport. C’est un vrai changement. »

Pour Gilles Faber, « il faut multiplier les événements e-sport, dans tous les jeux. Il n’y a pas encore assez de tournois au Luxembourg ». La Head of Communication d’Orange met en avant le travail fait sur l’Orange e-league : « On fait tout pour bien faire surtout, pour apporter de la qualité, pour structurer, pour que cela se rapproche le plus de la professionnalisation. On fait en sorte de faire grandir cette compétition. »

Signe supplémentaire du changement des mentalités et de l’importance grandissante de l’Orange e-league dans le monde du e-sport au Luxembourg, le trophée du club vainqueur de la team edition sera remis à la soirée du Dribble d’Or, le 23 mai prochain.

Dernières nouvelles