Un premier “human challenge” réussi et sans danger pour faire avancer la recherche sur le COVID-19

Une étude de provocation humaine, autrement appelée “Human challenge”, au cours de laquelle des volontaires ont été délibérément exposés au COVID-19, s’est révélé aujourd’hui prometteuse et sans danger.

“Ces etudes permettent d’analyser en détail les facteurs responsables de l’infection et de la propagation de la pandémie.” Chris Chiu, professeur en maladies infectieuses à l’Imperial College de Londres

Comme partagé sur ses réseaux sociaux, l’une des entreprises à l’initiative de cette étude, Open Orphan, a également tenu à remercier les volontaires ayant participé au premier “Human challenge”.

Les données confirment la sécurité de ce modèle et pourraient à terme jeter les bases de futures études visant à tester de nouveaux vaccins et médicaments contre la COVID-19.

Depuis des décennies, les scientifiques ont recours à des essais sur l’homme pour en savoir plus sur des maladies telles que le paludisme, la grippe, la typhoïde et le choléra et mieux développer des traitements et vaccins contre elles.

En avril dernier, des chercheurs de l’université d’Oxford avaient lancé un “défi humain” visant à réinfecter des personnes qui avaient déjà contracté le virus dans le but d’approfondir leurs recherches sur l’immunité, plutôt que des personnes ayant été contaminé pour la première fois.

L’essai a concerné cette fois un échantillon de trente-six personnes, hommes et femmes âgées de 18 à 29 ans, à la souche originale du virus SARS-CoV-2 et les a suivi de près dans un environnement contrôlé. Ils seront suivis pendant douze mois après leur sorti de quarantaine.

Dix-huit des volontaires ont été infectés et seize d’entre eux ont développé des symptômes légers à modérés semblables à ceux d’un rhume comme des maux de tête.

Aucun effet indésirable n’est survenu et le modèle d’étude “Human challenge” s’est révélé sûr et bien toléré chez les jeunes adultes et en bonne santé rapporte la société.

“On pense que les personnes de ce groupe d’âge sont les principaux moteurs de la pandémie et ces études, souvent représentatives d’une infection légère. Elles permettent d’étudier en détail les facteurs responsables de l’infection et de la propagation de la pandémie.” a déclaré Chris Chiu, l’un des chercheurs de l’essai et professeur en maladies infectieuses à l’Imperial College de Londres.

Les chercheurs de l’Imperial College ont déclaré qu’ils prévoyaient maintenant de lancer une étude similaire avec le variant Delta et qu’ils partageraient leur modèle dans le monde pour conduire des recherches similaires.

Cela pourrait constituer une voie cruciale pour tester plus rapidement de nouveaux vaccins, antiviraux et diagnostiques contre le Covid-19 plus, en particulier si les taux de transmissions diminuent dans le monde réel.

Latest news
Related news